Lorient PLM 6.50 - Cinquième place pour le 905 !


Après avoir pris un super départ autour de Groix, Felix et moi avons fait 2 aller-retours dans les bas-fonds du classement général avant de finir finalement à la cinquième place, au terme de 1 jour et 17 heures de rebondissements météorologiques!

Un départ réussi Une fois n'est pas coutume (vous le savez désormais, ce n'est pas mon fort) nous avons pris un excellent départ en milieu de ligne dans les courreaux de Groix, bien dégagés du reste de la flotte. Après un petit bord sous grand spi, nous passons la pointe de Pen Men en toute tête de flotte!

Prudents certes mais tout même bien placés en milieu de ligne. Allez donc juger de votre placement à 10m près par rapport à une ligne passant entre deux points à 500m de part et d'autre de vous et puis on en reparle!

"Ceux qui savent" savent exactement où est le caillou immergé à la pointe de Pen Men sur lequel on peut laisser une partie de son bateau. "Ceux qui savent mais ne sont pas sûrs" mettent un waypoint dans le GPS pour passer au plus près sans le toucher pour faire l'intérieur aux autres

"Ceux qui savent" savent qu'en allant virer tout près de la côte on trouve un vent beaucoup plus à gauche que le vent au large, ce qui permet de faire un bien meilleur cap. L'année dernière je ne savais pas, mais cette année oui!

Nous jouons bien comme il faut le tour de Groix, en allant virer tout près des cailloux quand il le fallait afin de bien bénéficier des rotations de vent au ras de la côte. Nous repassons devant Lorient en 4e position à seulement quelques encablures des premiers. Nous faisons ensuite route vers les Glénan, au départ sous gennaker puis au près - jusque là tout allait bien! Premier retournement de situation aux Glénan Tous les fichiers météo récupérés avant le départ indiquaient que le vent allait tourner vers la droite - c'est à dire passer de l'ouest-sud-ouest au nord-nord-est. Cependant personne ne pouvait vraiment dire quand cela allait arriver. Bien décalés à droite comme il le fallait et alors que la bascule n'arrivait pas, nous prenons le parti avec Félix de virer vers les Glénan pour ne pas trop s'excentrer et limiter les risques. Ce fut notre première erreur : nous nous retrouvons les plus à gauche de la flotte lorsque la bascule - à laquelle nous ne croyons plus - est finalement arrivée. Nos camarades ayant viré plus tard se retrouvent au vent de travers quand nous sommes obligés de faire route au près jusqu'au bout. Patatrac, la nuit tombe et nous passons de la 2e à la 20e place en 1 heure.

Avant la bascule de vent : nous sommes en tribord amure en route vers la marque

Après la bascule de vent : nous faisons route au près alors que nos camarades au nord sont au vent de travers pour rejoindre la marque Nouveau coup dur à Yeu Malgré cet arrêt au stand nous reprenons du poil de la bête après les Glénan et parvenons à nous re-hisser dans le peloton de tête de flotte.

De nouveau dans le peloton de tête au large de Belle Ile

En route pour l'ile d'Yeu, nous attendions de nouveau une bascule à droite liée à l'établissement une brise thermique. Bien contents de penser que c'est là l'occasion de faire une réelle option et d'être moins prudents qu'aux Glénan, nous tenons absolument à rester le plus à droite possible sur le plan d'eau. Cela sera notre deuxième erreur! Au lieu d'être une bascule de droite, la bascule est une bascule de gauche. Et au lieu de rentrer par la droite, elle entre par la gauche. Autant vous dire que cela ne pouvait pas bien se finir pour nous... Arrêtés du mauvais côté du front de brise qui rentre par le nord, nous voyons à l'AIS (radar courte portée) tous les concurrents qui étaient bien derrière nous se glisser parfois à plus de 5 noeuds. Nouvelle chute libre du moral à bord... Pendant une heure nous ne parvenons pas à lancer le bateau, totalement immobilisés par l'absence de vent conjuguée à la houle qui fait claquer nos voiles.

Avant : Coincé dans la pétole au sud du front de brise

Après : une bonne moitié de la flotte nous est passée devant pendant que nous attendions le front de brise!

Mon frère Thomas, qui lui aussi se prépare à la Mini Transat sur un bateau d'ancienne génération en profite également pour nous doubler. C'est vous dire! Il prend évidemment le soin de nous appeler à la VHF pour "prendre des nouvelles". Quelle attention généreuse de sa part! Dégoûté, je charge Félix de lui répondre à ma place :) Retour express vers Lorient Nous passons l'ile d'Yeu en 16eme position. Nous envoyons le grand gennaker et visons tout droit vers Lorient que nous atteindrons 6 heures après, à presque 12 noeuds de vitesse moyenne. Nous parvenons à doubler l'ensemble des 11 bateaux devant nous et moins rapides que nous avant l'arrivée, dont 2 dans les 300 derniers mètres. Nous passons la ligne d'arrivée en 5e position. Sous la pluie, après avoir passé la nuit rivés alternativement à la barre et dans le coin arrière du bateau au rappel, nous sommes absolument rincés! Relativement déçus car nous aurions aimé finir sur le podium, nous sommes tout de même soulagés car cela aurait pu beaucoup plus mal se terminer...

Sous la pluie à l'arrivée

Prochaine course : la Mini en Mai, en solitaire cette fois, départ le 7 mai prochain! A bientôt, Nicolas

Classement série (48 concurrents) 1. 951 - TECHNIQUE VOILE Jean-Marie JEZEQUEL & Benoit HANTZPERG 1j 15h 37m 0s 2. 920 - SUNOVATION Simon KOSTER & Hendrik WITZMANN 1j 16h 33m 28s 3. 979 - JADE Hugo DHALLENNE & Franck-Yves ESCOFFIER 1j 16h 58m 33s 4. 909 - DE LA BOUE SUR LES SABOTS Sébastien GUEHO & Thomas AUDREN 1j 16h 59m 30s 5. 905 - CHEMINANT - URSUIT Nicolas D'ESTAIS & Félix de NAVACELLE 1j 17h 24m 10s (...) 16. 819 - GO4IT Thomas d'ESTAIS & Jean LORRE 1j 19h 40m 13s (mon frère, derrière, donc)


© 2020 Nicolas d'Estais

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • Instagram Clean Grey
  • LinkedIn Clean Grey
  • YouTube Clean Grey